Ecolo et carnivore : est-ce compatible ?

Soyons honnête, la viande, c’est vachement bon (sans mauvais jeu de mot). Mais la production de viande a un fort impact environnemental. Faut-il devenir végétarien ou pouvons-nous consommer de la viande de manière plus responsable ?

 

L’impact environnemental de l’élevage

Selon des chiffres de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’élevage est responsable d’environ 18% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, ce qui est supérieur à celles liées aux transports. De plus, l’élevage pour produire de la viande et des produits laitiers nécessite environ 83 % des terres agricoles et cause environ 57% de la pollution de l’eau. Il est l’une des causes principales du réchauffement climatique et de la pollution de l’atmosphère et des eaux, mais aussi de la dégradation des terres et de la perte de biodiversité.

Je pense qu’il n’en faut pas plus pour se rendre compte qu’il est indispensable de réduire considérablement sa consommation de viande.

 

Retour sur une idée reçue

L’homme a besoin de protéines uniquement présentes dans la viande

Ceci est totalement faux. Certes, nous avons besoin de protéines dans notre alimentation pour compléter celles qui sont déjà produites par notre corps. Mais des aliments comme le quinoa ou le tofu, par exemple, contiennent toutes les protéines dont nous avons besoin, au même titre que la viande. Il est donc possible de remplacer la viande sans modifier son apport en protéines.

En plus, 100 g de viande bovine peut produire jusqu’à 105 kg de gaz à effet de serre tandis que c’est 30 fois moins pour le tofu et 60 fois moins pour la plupart des légumineuses.

Un régime végétarien n’empêche pas la performance sportive : Serena Williams, grande championne de tennis et Carl Lewis, athlète 10 fois médaillé aux JO ne diront pas le contraire ! Il ne vous limitera pas non plus en termes de réflexion et de créativité puisque Albert Einstein, Léonard de Vinci ou encore Gandhi étaient eux aussi végétariens !

 

J’aime trop la viande et je ne pourrai jamais m’en passer

Je comprends, j’adore la viande moi aussi et je pensais en effet ne jamais pouvoir m’en passer. Et pourtant !

Tout d’abord, il n’est pas forcément question de devenir végétarien (du moins pas tout de suite) mais plutôt de réduire sa consommation de viande à un jour par semaine par exemple. Ceci vous permettra de ne pas vivre ce changement comme une privation ! Et puis vous ne serez pas le pote relou qui ne vient jamais aux barbecues.

Ensuite, ce sera pour vous l’occasion de découvrir de nouveaux goûts et de concocter des petits plats pleins de saveurs qui vous permettront de (re)prendre plaisir à cuisiner (je vous conseille vivement les pois chiches sous toutes leurs formes, c’est incroyable ce truc). Essayez d’associer céréales complètes, légumineuses, fruits, légumes, épices, etc tout au long de la journée pour un apport quotidien optimal. De nombreuses recettes sont accessibles sur Internet mais vous pouvez aussi laisser parler votre imagination !

 

Comment consommer de la viande de manière plus responsable ?

Si, comme moi, vous avez tout de même besoin de manger un peu de viande pour le plaisir mais que vous ne voulez pas aller à l’encontre de vos convictions écologiques, voici quelques astuces pour en consommer de manière plus responsable.

Mangez de la volaille

Lorsque vous souhaitez manger de la viande, essayer de privilégier la volaille, qui a un impact environnemental nettement inférieur à celui de la viande de bœuf.

Attention, ne voyez surtout pas ici un encouragement à manger des nuggets dans les chaînes de fast-food hein !

Achetez auprès de petits producteurs locaux

Arrêtez d’acheter la viande dans les supermarchés et préférez acheter auprès d’un petit producteur local de confiance, au marché du coin. Vous aurez plus de chance de tomber sur un producteur qui élève ses poulets dans des conditions ‘décentes’ et qui ne les gave pas d’antibiotiques.

Faîtes votre propre élevage

Si vous le souhaitez, vous pouvez éventuellement faire votre propre petit élevage de volaille, vous aurez à la fois de la viande et des œufs. Les poules mangeront tous (ou presque) vos déchets organiques (utile pour atteindre le zéro déchet), et puis, entre nous, c’est quand même marrant une poule ! Je me revois encore, gamin, courir après les poules dans le jardin de ma grand-mère et essayer de les attraper (en vain).

 

Conclusion

Bref, vous l’aurez compris, il devient indispensable, pour le bien-être de la planète, de réduire sa consommation de viande et d’en consommer de manière plus responsable. Réalisez votre transition par étapes, sans vous priver d’un petit restau carnivore entre potes de temps en temps (encore une fois, oubliez les fast-foods svp), et tout se passera bien !

Les chiffres donnés dans la première partie de l’article le montre bien : en réduisant notre consommation de viande et en modifiant les modes de production, l’impact environnemental de l’élevage peut être considérablement diminué.

PS : il en est de même pour le poisson, bien que l’élevage (autre que celui de poissons rouges, pas vraiment utile) soit plus compliqué à mettre en place…

 

Sources

 

Leave a Reply